Delavouet

    Son Oeuvre

    Delavouet lisant Inédits :

    Citons parmi ceux-ci :
    Lou Calendié d’Eleno o Lou Coulié Desfa di Sesoun : Le Calendrier d’Hélène ou le Collier défait des Saisons.
    Images Romanes de Provence.
    La Marche des Rois B.D. d’après le film "La marche des Rois".
    Le film La Marche des Rois, décors de Paul Coupille, réalisation d'Yves Rigoir, programmé en Suisse Romande, inédit en France.
    Tistet la Roso ou Le cul du berger sent toujours le thym.
    Il existe de nombreux enregistrements de poèmes lus par l’auteur ; des entretiens accordés à la presse, émissions de télévision ou de radio, exemple : sur France Culture les 2 et 9 août 1973, et le film de Jean-Daniel POLLET, L’Arbre et le Soleil, Max-Philippe Delavouët et son pays. (émission Océaniques).


    Extraits de textes lus ou d'interviews :

    Interview de Mas-Felipe Delavouet sur sa conception de l'art (français) :



    Extrait de Pouèmo per Evo :

    Traduction du texte lu par l'auteur :

    "Que la mer vienne et revienne, que le temps,
    une fois la nuit, une fois le jour, batte la terre
    et, faisant ses vagues au ciel qui le contient,
    reflétant la colère têtue des eaux,
    à grands coups d'ombre et de lumière,
    use indéfiniment l'homme, sable lui aussi;
    que tout le rythme du monde autour de moi
    s'en donne à cœur joie, puisque je suis justement cet homme;
    que tout cela, sans repos, me racle à vif ;
    que le temps dans mon sang avant qu'il ne m'endorme un jour,
    emprisonné là pour ma vie,
    pour en sortir donne ses coups jusqu'au dernier;

    que tout cela soit sans nul sens, que tout cela
    se soit fait une vérité de sa force,
    que l'homme soit là pour recevoir les coups
    et qu'il se fasse battre sans trop comprendre,
    qu'il ne sache pas quel sera son but, après,
    quand il sera sous la terre et l'ombre du cyprès ;

    qu'il devienne, sous la terre, une grande cage d'ossements
    où, comme un oiseau mort, un cœur se parchemine,
    quand, se changeant en vers et le rongeant comme un bois,
    le temps, toujours le temps, à jamais l'anéantit
    moi, mort demain et aujourd'hui étrillé,
    le temps ne m'empêche pas, moi l'homme, de parler."

    Extrait de Pouèmo pèr Evo (texte disponible dans le recueil du même nom édité par le Centre)

    L'Arbre et le Soleil

    Arbre

    film de Jean-Daniel Pollet (1989)